RESTEZ CONNECTÉ

ACTUALITÉ

Togo : ce rappel important de Kodjo Agbéyomé à Macron

Publié

le

La dernière interview du président français, Emmanuel Macron dans Jeune Afrique n’a pas laissé indifférent l’ancien premier ministre togolais, Kodjo Agbéyomé. Dans un court message posté sur son compte tweet, le candidat de la dynamique Kpodzro à l’élection présidentielle du 22 février a rappelé à Emmanuel Macron, l’une de ses promesses.

Kodjo Agbéyomé a encore fait parler de lui. Il saisit toutes les occasions pour se faire entendre. Arrivé en deuxième position selon les résultats proclamés par la Cour constitutionnelle, le candidat malheureux à la présidentielle de février 2020 conteste toujours la victoire du président Faure Gnassingbé.

Il est resté sur sa soif quant à l’interview accordée par Emmanuel Macron à Jeune Afrique.
Dans cette interview, le président français a abordé plusieurs sujets concernant la France-Afrique.

Dans son tweet, le président autoproclamé du Togo, rappelle au président français qu’il a oublié de parler du contentieux électoral du 22 février au Togo.

«Macron, dans son ITW oublie de parler du contentieux électoral du 22 février où le braqueur qui a confisqué la victoire du peuple, persécute le réel vainqueur qui est obligé de vivre dans la clandestinité», a-t-il écrit.

Et d’ajouter «France, qu’as-tu fait de ta promesse de défendre les peuples opprimés».

PUBLICITÉ
CLIQUER POUR COMMENTER

COMMENTAIRE

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITÉ

Nigeria : Amnesty International accuse l’armée d’avoir tué 115 indépendantistes au printemps

Publié

le

L’ONG a recensé des cas d’arrestations arbitraires, de mauvais traitements et de torture entre mars et juin. La police nigériane n’a pas réagi immédiatement à ces accusations.

L’organisation de défense des droits de l’homme Amnesty International a accusé, mercredi 4 août, les forces de sécurité nigérianes d’avoir tué au moins 115 personnes entre mars et juin 2021 dans la répression d’un mouvement sécessionniste dans le sud-est du pays.

Des violences ont éclaté dans les Etats du Sud-Est, causant la mort d’au moins 127 policiers ou membres des services de sécurité, selon la police, tandis que les médias locaux ont fait état d’une vingtaine de postes de police et de bureaux électoraux attaqués.

Le Mouvement indépendantiste pour les peuples indigènes du Biafra (IPOB), qui prône la sécession du sud-est du Nigeria, peuplé en majorité d’Igbo, et son aile paramilitaire, l’ESN (Réseau sécuritaire de l’Est), ont été accusés d’avoir fomenté ces violences, ce que l’IPOB a nié.

Selon Amnesty International, les forces de sécurité, notamment l’armée, la police et l’agence de renseignement du Département des services de l’Etat (DSS), ont réprimé ces attaques en tuant des dizaines d’hommes armés, ainsi que des civils.

«Les éléments recueillis par Amnesty International dressent un tableau accablant de l’usage impitoyable de la force par les forces de sécurité nigérianes dans les Etats d’Imo, d’Anambra et d’Abia», a déclaré Osai Ojigho, directrice de l’ONG pour le Nigeria.

Sollicitée, la police nigériane n’a pas réagi immédiatement à ces accusations. «Je n’ai pas vu le rapport [d’Amnesty]. Je ne peux donc pas répondre», a déclaré à l’Agence France-Presse (AFP) Frank Mba, porte-parole de la police nationale.

Des arrestations arbitraires

Des proches des victimes ont déclaré à l’ONG qu’elles ne faisaient pas partie des groupes militants qui ont attaqué les forces de sécurité. «De nombreuses victimes ont été emmenées dans des hôpitaux publics des Etats d’Imo et d’Abia», a-t-elle précisé.

Amnesty a également recueilli des informations sur des cas d’arrestations arbitraires, de mauvais traitements et de torture dans cette région.

En mai, le gouvernement de l’Etat d’Imo a notamment annoncé l’arrestation d’au moins 400 personnes qui auraient un lien avec les violences.

«L’enquête d’Amnesty International indique que la plupart d’entre elles ont été embarquées au hasard à leur domicile ou dans la rue et n’avaient rien à voir avec l’ESN», estime l’ONG.

Plusieurs leaders du mouvement arrêtés

Les groupes de défense des droits humains locaux et internationaux ont par le passé régulièrement accusé les forces de sécurité nigérianes de violations des droits, mais celles-ci ont toujours nié ces accusations.

Le Nigeria a récemment intensifié la répression contre les indépendantistes, notamment en poursuivant en justice leurs dirigeants.

Le mois dernier, le chef et fondateur de l’IPOB, Nnamdi Kanu, a été arrêté au Kenya après quatre ans de cavale, selon ses avocats, et ramené à la fin de juin au Nigeria, pour être jugé, accusé notamment de «terrorisme» et de «crime de trahison».

Un autre leader séparatiste, Sunday Adeyemo, également connu sous le nom de Sunday Igboho, a été arrêté en juillet au Bénin voisin alors qu’il tentait de prendre un vol pour l’Allemagne.

Il est actuellement détenu au Bénin dans l’attente de son extradition. Il réclame lui aussi l’indépendance du sud-ouest du Nigeria pour le peuple Yorouba à la suite de violences attribuées à des éleveurs peuls dans sa région.

L’IPOB rêve de voir renaître la défunte République du Biafra, dont la proclamation d’indépendance avait entraîné une guerre civile de trente mois entre 1967 et 1970. Le conflit a fait plus d’un million de morts, principalement des Igbo, surtout de famine et de maladie.

Avec AFP

CONTINUER LA LECTURE

ACTUALITÉ

Éthiopie : à peine 10 % de l’aide humanitaire parvient au Tigré

Publié

le

Seule 10 % de l’aide humanitaire parvient actuellement au Tigré, où la famine menace des centaines de milliers de civils, a déploré mercredi à Addis Abeba la directrice de l’Agence américaine d’aide internationale (USAID) Samantha Power.

Le Tigré se trouve depuis plusieurs mois au cœur d’une grave crise humanitaire, selon les Nations unies, alors que l’aide internationale peine à parvenir à cette région du nord en raison de nombreux retards et obstacles administratifs.

«Entre mi-juillet et le 2 août, selon les Nations unies, ce qui était nécessaire c’était 1500 camions (d’aide humanitaire) et le nombre de camions qui ont roulé et ont pu passer est de 153. C’est 10 % des besoins», a déclaré la cheffe de l’USAID Samantha Power mercredi soir lors d’une conférence de presse, soulignant que «l’accès reste profondément inquiétant».

«Les routes doivent être sûres. Et ceci est donc un appel à toutes les parties à permettre un accès humanitaire sans entraves», a-t-elle ajouté. «Nous ne voyons pas les changements que nous espérions.»

De son côté, le chef des opérations humanitaires des Nations unies, Martin Griffiths, a déclaré lors d’une conférence de presse dans la capitale éthiopienne que pour répondre aux besoins sur le terrain, 100 camions devraient entrer au Tigré quotidiennement.

Quelque 5,2 millions de personnes — soit plus de 90 % de la population du Tigré — vivent grâce à l’aide extérieure, selon l’ONU.

Le Tigré a plongé dans la violence en novembre, lorsque le premier ministre Abiy Ahmed a envoyé l’armée dans la région pour destituer les autorités locales du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) à la suite, selon lui, de l’attaque de camps militaires par des forces tigréennes.

«Pas de solution militaire»

Prix Nobel de la Paix 2019 pour sa réconciliation avec l’Érythrée, M. Abiy avait rapidement déclaré victoire après la prise par les soldats éthiopiens de la capitale tigréenne Mekele, avec l’aide de l’Érythrée voisine, ennemi ancestral du TPLF, au pouvoir en Ethiopie durant trois décennies avant l’avènement d’Abiy Ahmed en avril 2018.

Les forces tigréennes ont néanmoins continué leur lutte et repris Mekele et plusieurs autres villes du Tigré en juin. Après un cessez-le-feu décrété par Abiy Ahmed et le retrait des soldats éthiopiens, les forces tigréennes ont poursuivi leur offensive vers les régions voisines d’Amhara et Afar. Des centaines de milliers de personnes ont été déplacées par ces hostilités.

Mme Power a appelé les autorités tigréennes à «retirer immédiatement leurs forces» des régions Amhara et Afar. «Pour que l’aide parvienne à tous ceux qui en ont besoin au #Tigré, alors TOUTES les parties doivent cesser les hostilités», a-t-elle tweeté mardi soir. «Il n’y a pas de solution militaire à ce conflit».

Mme Power a réitéré la demande de Washington de voir les forces amhara se retirer de l’ouest du Tigré, tout comme les forces érythréennes venues soutenir l’armée éthiopienne.

Les États-Unis voient l’Éthiopie comme un partenaire essentiel dans la région instable de la Corne de l’Afrique, mais l’administration Biden a ouvertement critiqué la guerre au Tigré.

90 % de la population vit de l’aide

En mars, le secrétaire d’État américain Antony Blinken avait dénoncé des actes de nettoyage ethnique dans l’ouest du Tigré. Et en mai, il a annoncé des restrictions de visa pour les responsables éthiopiens et érythréens accusés d’alimenter le conflit.

Selon le premier ministre éthiopien, le cessez-le-feu décrété en juin avait pour but de faciliter l’acheminement de l’aide humanitaire, mais les ONG affirment que l’accès est plus difficile que jamais.

La situation a encore empiré cette semaine lorsque le gouvernement de M. Abiy a suspendu deux ONG présentes au Tigré, les accusant de «désinformation».

Médecins sans Frontières (MSF) et le Conseil norvégien pour les Réfugiés (NRC) «répandent la désinformation dans les médias sociaux et sur d’autres plateformes, en dehors du mandat et des objectifs pour lesquels ces organisations ont été autorisées à opérer», ont affirmé mercredi les autorités éthiopiennes.

Une décision condamnée par Washington, l’ambassadrice des États-Unis à l’ONU jugeant cette suspension «inacceptable».

«Je connais bien le travail de @MSF et @NRC_Norvège, et ils sont respectés au niveau international. L’Éthiopie doit reconsidérer cette décision», a déclaré Linda Thomas-Greenfield sur Twitter.

Jan Egeland, secrétaire général du NRC, a régulièrement lancé sur Twitter des avertissements sévères sur la crise, comme en février : «En 40 ans (de) travail humanitaire, j’ai rarement vu autant d’entraves à l’acheminement de l’aide».

Avec AFP

CONTINUER LA LECTURE

L’INFO EN CONTINU

ECONOMIEIl y a 9 heures

Biden veut 50% de voitures zéro émission vendues aux États-Unis en 2030

Augmenter les ventes de voitures électriques, muscler des réglementations environnementales allégées par Donald Trump: Joe Biden dévoile jeudi son plan...

SPORTSIl y a 11 heures

JO, Athlétisme : l’Italien Massimo Stano sacré champion olympique du 20 km marche à Sapporo

L’Italien Massimo Stano devance deux Japonais Koki Ikeda et Toshikazu Yamanishi. Les Français Kevin Campion et Gabriel Bordier sont passés...

ECONOMIEIl y a 11 heures

Covid-19 : plus de 4 millions de tests réalisés en une semaine, un record depuis le début de la pandémie

L’extension du passe sanitaire aux lieux accueillant au moins 50 personnes a poussé de nombreux Français à se faire tester....

FAITS DIVERSIl y a 13 heures

Annecy : des spectateurs pris de malaise lors de la projection d’OSS 117

La scène s’est produite dans une salle de cinéma du Pathé d’Annecy, en Haute-Savoie. Vers 21H00, les spectateurs regardaient le...

FAITS DIVERSIl y a 13 heures

Après une chute, une femme reste immobilisée au sol dans sa maison pendant 10 jours

Le 23 juillet, une femme de 67 ans est rentrée à son domicile de Muzillac, dans le Morbihan, après avoir...

FAITS DIVERSIl y a 13 heures

Alpes : une jeune femme de 26 ans découverte poignardée à mort dans un appartement

Le corps sans vie d’une jeune femme a été retrouvé mercredi dans un appartement de Gréoux-les-Bains, dans les Alpes-de-Haute-Provence. La...

ECONOMIEIl y a 13 heures

Extradition : la responsable de Huawei de retour devant la justice canadienne

Les dernières audiences d’extradition de la directrice financière du géant chinois Huawei se sont ouvertes mercredi à Vancouver, près de...

FAITS DIVERSIl y a 13 heures

Sarthe : une femme tuée et deux blessés lors d’une «violente agression»

La victime, originaire du Bangladesh, a été retrouvée morte à son domicile, en présence de son mari et d’un ami,...

FAITS DIVERSIl y a 13 heures

États-Unis : au moins dix migrants tués dans un accident de camionnette près de la frontière mexicaine

Au moins dix personnes ont été tuées au Texas, près de la frontière avec le Mexique, dans l’accident d’une camionnette...

ACTUALITÉIl y a 13 heures

Nigeria : Amnesty International accuse l’armée d’avoir tué 115 indépendantistes au printemps

L’ONG a recensé des cas d’arrestations arbitraires, de mauvais traitements et de torture entre mars et juin. La police nigériane...

ACTUALITÉIl y a 21 heures

Éthiopie : à peine 10 % de l’aide humanitaire parvient au Tigré

Seule 10 % de l’aide humanitaire parvient actuellement au Tigré, où la famine menace des centaines de milliers de civils,...

ACTUALITÉIl y a 21 heures

La situation en Centrafrique est «alarmante», selon l’ONU

La situation en Centrafrique, en proie à de graves troubles depuis 2013, est «alarmante» en raison d’exactions commises par les...

ACTUALITÉIl y a 21 heures

Les États-Unis projettent de rouvrir leurs frontières aux voyageurs vaccinés

Washington élabore une «approche progressive qui signifierait que tous les ressortissants étrangers venant aux États-Unis devraient être pleinement vaccinés», a...

ACTUALITÉIl y a 21 heures

Covid : couvre-feu à nouveau instauré à Saint-Martin et Saint-Barthélemy

Le préfet de Saint-Barthélemy et Saint-Martin a décidé mercredi 4 août d’instaurer à nouveau un couvre-feu du 5 au 20...

ACTUALITÉIl y a 21 heures

RDC : les médecins congolais reprennent le travail après 3 semaines de grève

Les syndicats des médecins congolais ont invité mercredi tous leurs affiliés à reprendre le travail dans les hôpitaux de la...

ACTUALITÉIl y a 22 heures

Présidentielle : la Zambie sous haute tension à une semaine d’élections serrées

Le président Edgar Lungu, élu en 2015, ne participera pas à un débat télévisé prévu mercredi soir. La tension monte...

ACTUALITÉIl y a 22 heures

La centrale syndicale tunisienne appelle à la nomination d’un chef de gouvernement

La puissante centrale syndicale tunisienne UGTT a appelé mercredi le président Kais Saied, qui s’est octroyé les pleins pouvoirs il...

ACTUALITÉIl y a 22 heures

Biden nomme le fils de Brzezinski ambassadeur en Pologne, malgré la résistance prêtée à Varsovie

Joe Biden a nommé mercredi 4 août l’avocat américain Mark Brzezinski, fils d’une ancienne grande figure de la politique étrangère...

ACTUALITÉIl y a 22 heures

Brésil : Bolsonaro sous enquête pour dissémination de fausses informations

Un juge de la Cour suprême du Brésil a ordonné mercredi 4 août l’ouverture d’une enquête contre le président Jair...

SANTÉIl y a 22 heures

Covid-19 : l’OMS appelle à un moratoire sur les doses de rappel jusqu’à fin septembre, Washington le rejette

«Nous avons un besoin urgent de renverser les choses : d’une majorité de vaccins allant dans les pays riches à...

FAITS DIVERSIl y a 22 heures

Loiret : deux hommes soupçonnés d’avoir renversé volontairement un adolescent interpellés

Deux hommes soupçonnés d’avoir renversé volontairement et blessé grièvement un adolescent mardi à Villemandeur (Loiret) ont été interpellés, a annoncé...

FAITS DIVERSIl y a 22 heures

Marseille : un homme grièvement blessé par le tir d’un policier lors d’un contrôle routier

Les faits se sont produits dans le 3e arrondissement de la ville, dans le quartier de La-Belle-de-Mai. Un policier a...

CÉLÉBRITÉSIl y a 22 heures

La chanteuse Rihanna officiellement milliardaire, selon Forbes

La chanteuse et femme d’affaires Rihanna est devenue la musicienne la plus riche du monde avec une fortune estimée à...

ACTUALITÉIl y a 22 heures

Covid-19 : Obama réduit la voilure pour sa fête d’anniversaire controversée

Des personnalités étaient attendues dont George Clooney ou Oprah Winfrey ainsi qu’un protocole strict mis en place. Cela ne suffira...

FAITS DIVERSIl y a 22 heures

Alpes-de-Haute-Provence : une femme tuée, un suspect interpellé

Une femme, probablement tuée à l’arme blanche, a été découverte, mercredi 4 août dans un appartement à Gréoux-les-Bains (Alpes-de-Haute-Provence) et...